Sauvegardons la maison commune

Sauvegardons la maison commune

« Sauvegardons la Maison Commune » était le thème de la journée du 7 octobre qui réunissait 90 membres des communautés éducatives de l’Enseignement Catholique du Puy de Dôme et des étudiants de l’ISFEC d’Auvergne.

5 ans après la promulgation de l’Encyclique Laudato’ Si, la rencontre nous permettait tout d’abord avec Pascal Balmand (Chef de projet écologie intégrale à la Conférence des Evêques de France, ancien secrétaire général de l’Enseignement Catholique) d’approfondir le message du Pape François. Son intervention invitait à entrer dans la réflexion et l’action dans une vision « joyeuse de l’écologie ».
Les expressions d’écologie au sens environnemental et d’« écologie intégrale de la personne humaine » sont précisées .
C’est donc 4 axes relationnels : relation interpersonnelle, relation aux autres, relation à la Terre et relation à Dieu que chacun est appelé à cultiver pour se laisser transformer de l’intérieur.

Puis le père Bézamani (ancien directeur diocésain de l’Enseignement Catholique du diocèse d’Antsiranana) témoignait du projet diocésain d’Antsiranana portant sur la réconciliation des jeunes et de l’environnement dans les établissements scolaires catholiques.
Axe majeur du diocèse, l’éducation se concrétise avec le projet « école verte ». Chaque école s’est dotée d’une pépinière, pratique la reforestation, éduque à l’alimentation, met en place des actions de tri des déchets.
Pour écouter ou réécouter l’interview de Pascal Balmand et du Père Bézamani sur RCF : écouter l’interview

Soeur Véronique Thiebaut, ancienne directrice de la formation des établissements de l’Assomption clôturait cette riche matinée. Le Campus de la Transition des Forges qui vient de voir le jour en Seine et Marne, témoigne du souci environnemental de la congrégation depuis 20 ans dans les établissements des 34 pays où elle est implantée. C’est dire si la réflexion écologique relève du contexte, de l’éco système, dans lequel nous vivons.

Mettre Laudato’ Si au cœur de nos projets éducatifs, c’est d’abord se souvenir que la Création est un don reçu et que nous servons un projet plus grand que nous même à travers des valeurs visées.
Bibliques et historiques, elles guident la communauté éducative et dans cette perspective chacun devient serviteur d’un patron qui est le projet parce qu’il émane d’une autre Source. C’est ce qui constitue l’identité commune de l’établissement.
Le projet part de l’existant et lui donne du sens. Le chef d’établissement fortifie la conscience de chacun pour le projet, organise des espaces de liberté et d’initiatives individuelles et collectives d’appropriation, accompagne la transformation personnelle à partir des valeurs définies ensemble, mobilise et utilise les compétences de tous.

Soeur Véronique nous a rappellé quelques principes écologiques :
– Principe de la sobriété : un projet sobre a parfois plus de sens qu’un grand projet,
– Prendre humblement sa part,
– Privilégier la qualité à la quantité,
– Grandir ensemble en se nourrissant mutuellement,
– Relier ce qui existe déjà.

La journée fut enrichie par les ateliers de l’après-midi avec pour thèmes : la forêt, l’eau , les pollutions lumineuses, le projet éducatif, faire un projet avec Madagascar…

Écouter l’interview de Soeur Véronique Thiebaut : écouter l’interview

 

 

 

 

 

Fermer le menu