Message du Directeur diocésaine pour Pâques

Message du Directeur diocésaine pour Pâques

Depuis Noël, nous vivons dans une période assez compliquée pour les uns et les autres, nous sommes dans une incertitude qui génère de l’angoisse, de la dépression. Espérons que cette manière de vivre depuis un an maintenant s’achève et que nous puissions reprendre un rythme de vie plus normal. Toutefois, après une telle période de crise d’autres défis seront à relever qu’ils soient sociétaux, économiques, éducatifs. C’est seulement grâce à un élan collectif que nous pourrons les surmonter et nous projeter dans un futur plein d’Espérance.

Sur un plan plus scolaire, le second trimestre est achevé, et déjà la fin de l’année se profile rapidement avec toutes les problématiques d’orientations et de passages d’examens (BTS, Baccalauréat, Brevet des collèges, concours d’admission…). Les jeunes qui nous sont confiés ne sont pas épargnés par les doutes et les angoisses d’autant plus que les adultes qui les entourent sont eux-mêmes fragilisés.

Il est important pour nous éducateurs de ne pas les décourager, en leur montrant le chemin qui reste à accomplir. A contrario, encourageons-les à gravir les derniers hectomètres restants pour que chacun atteigne le sommet qu’il a devant lui.

La fin du deuxième trimestre, telle une balise,, nous rappelle que nous sommes en plein temps de carême et que s’annonce déjà le temps pascal.

Profitons donc de cette fin de carême qui nous prépare au temps pascal pour transformer notre vie assombrie en une vie éclatante, plus lumineuse, n’hésitons pas à nous dépouiller de nos fardeaux pour mieux avancer sur le chemin de l’Évangile.

Le grand message de pâques en ces temps difficiles, pleins d’incertitude, est primordial. Dieu a comblé nos excès de mal par un excès d’amour, le Christ en croix annonce la libération du mal et de nos manques d’amour répétés. Lui, le juste a accepté le mal total par une mort infamante (celle des sans-grades) qui faisait suite à un procès on ne peut plus injuste. Mais la mort n’est pas restée stérile. La résurrection de Jésus, signifie profondément que notre vie n’est pas enfermée dans nos tombeaux, que nos difficultés, que nos échecs ne sont pas définitifs. Quel message suprême d’espérance et de foi ! Accueillons pleinement ce message de la résurrection.

Face à toutes les difficultés qui nous entourent essayons d’être unis face à l’adversité pour faire éclore un monde plus humain et plus juste à l’issue de cette crise. C’est une vraie valeur chrétienne que celle de l’unité et de l’accueil de chacun avec ses forces et ses faiblesses. Ne nous laissons pas enfermer dans un monde où seuls les forts et les puissants auraient droit de cité. Les divisions sont toujours mortifères et source de souffrance, de désarroi, d’incompréhension. L’accueil de celui qui est en difficulté plutôt que de l’exclure sous prétexte qu’il est un frein, un handicap pour nous qui avons la chance d’avancer vite, est signe vrai de l’amour de notre prochain.

Si nous mettons en pratique dans notre vie de tous les jours ces quelques repères, alors, nous sommes pleinement dans l’accueil du Christ ressuscité qui nous ouvre ses bras.

Marchons donc tous sur le chemin de Pâques, Bonnes et joyeuses fêtes de Pâques à tous ! et bon repos à tous pendant les vacances d’avril.

 

Crédit photo : Unterlinden Museum, Public domain, via Wikimedia Commons

 

Fermer le menu